Nos astuces pour payer moins d’impôts

Nombreux sont les moyens proposés pour réduire les impôts. Mais ils sont tous en fonction des revenus ou du loyer et le type de location choisit. À titre de rappel, la location meublée est soumise à une imposition sur les bénéfices industriels et commerciaux. Toutefois, les propriétaires ont deux choix de régime pour payer leur impôt : le forfait et le réel.

Le régime forfaitaire

Ce régime consiste à diminuer une partie de vos impôts grâce à un abattement de 50 %. Le montant restant sera versé à l’État au titre d’impôt sur le revenu. Une tranche du contribuable est à payer, sans oublier l’ajout d’un pourcentage de 17,2 % à la CSG. Encore faut-il préciser que les revenus issus des locataires doivent être inférieurs à 70 000 euros par an.

évasion fiscale

Pour mieux comprendre, voici un exemple qui peut vous aider : le loyer perçu vaut 1000 euros. La tranche de contribution est fixée à 30 %, mais grâce à l’abattement de 50 %, il ne reste plus que 500 euros de revenu imposable. Pour calculer l’impôt qu’il vous reste à payer, procédez au calcul suivant : 30 % +17,2 %=47,2 %, soit 236 euros. Lors de la déclaration de loyer, il faut mentionner sa valeur brute.

Le régime réel

Contrairement au régime forfaitaire, le régime réel peut s’appliquer, peu importe le montant du loyer annuel. En percevant à loyer plus de 4 000 euros, les propriétaires choisissent cette option. Néanmoins, il ne peut s’appliquer que pour les revenus générés pour cette année 2019. Les revenus 2018 seront soumis à un abattement forfaitaire. Le régime réel se déroule comme suit : montant perçus des loyers moins charges afférente, à partir du moment où les biens mobiliers et immobiliers ont été mis en location. Les recettes sont à déclarer avec pièces justificatives si nécessaire.

L’amortissement

calculatrice

Le régime réel a un autre atout qui lui diffère de l’autre régime : c’est l’amortissement. Ce dernier permet au propriétaire de réduire le montant de son impôt, voire ne payer aucun impôt durant toute une année. En fait, il est tellement facile de calculer les amortissements. Prenons à titre d’exemple le prix de votre logement au montant de 300 000 euros, qui est amorti sur 25 ans. La somme revient à 12 000 par an. En louant ce bien en meublé 4 mois par an, vous avez la possibilité d’ajouter les quatre douzièmes de l’amortissement à vos charges déductibles, soit 4000 euros.

À cet effet, vous pourrez avoir deux types de résultats :

  • s’il est positif, cela constitue votre revenu imposable ;
  • s’il est négatif, cela crée un déficit foncier à reporté sur vos futurs bénéfices.

Quoi qu’il en soit, les sommes obtenues sont à déclarer dans le formulaire 2042-C-pro avant de profiter de tous les bénéfices. Il faut également suivre toutes les procédures de déclaration, à commercer par le formulaire Cet fa Point qui doit être rempli et envoyé avant 15ème jour du début de l’activité. Beaucoup de détails et étapes devront suivre, mais pour éviter de vous tromper, approchez un expert-comptable pour vous conseiller.

Pin It

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *