Focus sur les opportunités offertes par les plateformes d’emploi

D’après une étude intitulée “The Sharing Economy”, menée par le cabinet d’audit PwC, le marché mondial de l’économie collaborative pourrait atteindre 335 milliards en 2025. Les plateformes collaboratives, notamment les plateformes d’emploi, pullulent sur le web et offrent de nombreuses opportunités de croissance. Cependant, elles représentent également des menaces, notamment au niveau social.

Les plateformes d’emploi : des opportunités de croissance

Le modèle économique innovant des plateformes d’emploi offre, dans un premier temps, une meilleure rentabilité du capital. En effet, il permet d’utiliser plus efficacement et de manière mutualisée, des biens entre particuliers tels que des voitures ou des biens d’équipement.

Par ailleurs, il permet également de participer activement au de, en passant d’une économie de la propriété à une économie de l’usage. Il faut savoir toutefois que, l’échange de données en masse est particulièrement énergivore et peut entamer le côté écologique des plateformes d’emploi.

Outre l’utilisation optimale du capital et la participation au développement durable, ces types de plateforme favorise l’accession à une concurrence pure et parfaite. D’une part, ils contribuent à l’appariement de l’offre et de la demande, améliorent l’atomicité des marchés et d’autres part, ils peuvent encourager la baisse des prix, en raison de la mise en concurrence des producteurs et la minimisation des dépenses liées aux transactions.

Les risques liés aux plateformes d’emploi

Bien que les plateformes d’emploi offrent d’excellentes opportunités de croissance, elles représentent des risques en raison de l’absence de règlementations régissant entre autres, les transactions.

Pour les autorités, la nature de l’économie de ces types de plateforme favorise les fraudes fiscales. Les difficultés relatives à la distinction entre activité marchande et non marchande, la coexistence entre les particuliers et les professionnels, l’anonymat ainsi que le caractère extraterritorial des transactions, peuvent entraîner des fraudes au niveau de l’impôt sur le revenu.

Concernant l’emploi, le modèle des plateformes ne permet pas aux travailleurs de bénéficier des droits basiques, tels que celui syndical, d’être protégé contre les licenciements et d’accéder à des couvertures contre les risques sanitaires et sociaux.

Au niveau des rémunérations, celles-ci ne sont pas soumises à un minimum légal. Selon la Banque Mondiale, les travailleurs perçoivent un salaire horaire moyen de l’ordre de 2 €, soit approximativement un cinquième du SMIC français.

Pour profiter au maximum des avantages offerts par les plateformes d’emploi au niveau de l’économie, le législateur doit se pencher sérieusement sur des textes, permettant de limiter les risques de fraude et de protéger efficacement les salariés.

Pin It

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *