Est-ce que le statut de loueur en meublé professionnel peut être avantageux pour le propriétaire d’un important patrimoine immobilier ?

Un particulier disposant de nombreux biens peut générer d’importants revenus, en mettant ses immobiliers à la location. Cependant, la fiscalité à laquelle il est soumis est différent en fonction de son statut. Dans de nombreux cas, il est préférable d’opter pour celui de loueur en meublé professionnel, surtout si les biens sont relativement anciens et ne permettent pas d’accéder à des réductions d’impôt.

Le statut de loueur en meublé professionnel : les grands avantages

Un investisseur disposant de nombreux biens peut, dans certains cas, subir une imposition plus ou moins conséquente sur les revenus. Bien qu’une décote puisse être appliquée sur les biens loués, il doit généralement faire face à la fameuse ISF, qui peut rapidement avoir un impact très négatif sur ses revenus et son budget.

Dans l’optique de réduire son imposition et donc de réaliser des profits intéressants, le changement de statut de bailleur est la solution la mieux adaptée. En passant de la location nue à la location meublée professionnelle, il sera soumis au régime fiscal des bénéfices industriels et commerciaux (BIC) et sera exonéré d’ISF.

Il faut noter que, l’exonération d’Impôt de Solidarité sur la Fortune n’est effective que sur les biens affectés aux activités du loueur en meublé professionnel.

Outre l’ISF et les autres impositions, le statut de LMP permet de déduire les pertes d’exploitation, les charges locatives, les intérêts d’emprunts et les cotisations d’assurance vieillesse sont déductibles des loyers, à l’instar des dépenses en entretien et en réparation.

Comment accéder au statut de LMP ?

LMPPour pouvoir accéder au statut de LMP, il est nécessaire d’être inscrit au registre du commerce et des sociétés, et de dégager de son activité, des recettes annuelles de 23 000 € ou plus.

Dans le cas où le changement s’effectue en cours d’année, les recettes doivent être ajustées par prorata temporis, afin de déterminer si réellement les revenus générés par les activités atteignent les 23 000 € par an. Le loueur doit donc additionné l’ensemble des loyers qu’il pratique sur ses biens pour déterminer si oui ou non, il remplit les conditions nécessaires au statut de loueur en meublé professionnel.

Pour information, les recettes annuelles doivent être supérieures aux revenus du foyer fiscal liés à d’autres activités professionnelles.

Pin It

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *