Hausse des prix des logements

Après la suppression en 2017 du plafond instauré par la loi ALUR en 2015, l´inflation des loyers en grandes villes se fait ressentir. L´association des consommateurs CLCV (Consommation Logement Cadre de Vie) s´inquiète car en six mois seules 48% des offres de la région parisienne restent dans l´ancien dispositif contre 61% en 2017. En gros les prix d´un grand nombre d´annonces se sont volatilisés. Selon l’association, “il s’agit de la première année ou le taux d’annonces virtuellement “conformes” est inférieur à la moyenne depuis 2015”.

Les logements les plus touchés

Les petits logements meublés, très prisés des étudiants et des jeunes, comptent parmi les plus touchés par la hausse. 42% seulement des annonces pour les studios de la région parisienne sont toujours conformes à l´encadrement des loyers.

Par ailleurs 51% des deux pièces, 58% trois pièces et 63% les quatre pièces, soit environ 43% des offres meublés reste conformes, contre 60% en 2017). Pour les logements vides, approximativement 53% respectent la réglementation liée aux loyers.

A noter que le non-respect du dispositif concerne surtout les particuliers. Les professionnels restent dans la majorité des cas, dans les offres conformes. Environ 57% des annonces qu´ils proposent respecteraient les dispositions en place, contre 77% en 2017.

Les annonces des particuliers eux sont conformes à 39% contre 44% l´an dernier, ce qui n’étonnent en rien selon la CLCV.

Pas de hausse du dépassement moyen

Même si le taux d´offres de logements dépassant le cadre du dispositif augmente, les augmentations des montants sont moindres dans certaines régions de la France. Dans certaines zones, des baisses ont même été remarqué au niveau des studios ainsi qu’au niveau des 2 et des 3 pièces.

Les différences entre les loyers proposés par le dispositif et ceux imposés par les propriétaires sont particulièrement notables dans quelques quartiers parisiens. Dans le 20e arrondissement les dépassements atteignent plus de 450 €, une somme particulièrement élevée notamment pour les étudiants.

La nouvelle loi sur l´ensemble du secteur du logement et surtout sur l´encadrement des loyers n´a pas fait ses preuves. Cette inefficacité fait d’ailleurs l’objet de débats au Sénat.

Pour l’association des consommateurs CLCV, les craintes reposent sur la probable disparition du dispositif par la loi ELAN, dans un avenir proche.

Pin It

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *